Flash Info
Accueil / Boulangerie / Le boom des « boulangeries drive » toujours plus confirmé

Le boom des « boulangeries drive » toujours plus confirmé

Les premières boulangeries drive, permettant aux clients de récupérer leur commande passée en ligne auprès d’un commerce sans même descendre de leur voiture, ont vu le jour en 2014. Trois ans plus tard, le phénomène renforce sa présence dans toutes les régions de France.

Le phénomène a commencé à émerger en 2014, il atteint désormais des sommets : c’est une certitude, la boulangerie drive débarque en force aux quatre coins de l’Hexagone. L’an passé déjà, l’application Rapidle avait beaucoup fait parler d’elle pour son service de click and collect permettant à des clients de passer commande auprès de boulangeries en ligne, depuis leur smartphone, tablette ou ordinateur et de choisir l’heure de retrait après avoir payé en ligne. Dès lors, il ne leur restait plus qu’à venir récupérer leur commande avec la garantie de ne pas devoir attendre. Plutôt pratique pour les consommateurs impatients, à l’heure où les queues sont souvent très longues dans les boulangeries : tout le monde cherche en effet à récupérer sa boule de pain au moment du déjeuner ou en début de soirée. Et bien désormais, au-delà de séduire la clientèle des artisans-boulangers, ce fonctionnement séduit également les professionnels travaillant aux fourneaux, avec une efficacité largement prouvée.

Steeve Broutin, co-fondateur avec Yann Browaeys de Rapidle, a ainsi expliqué au journal La République qu’une étude avait montré que 30% des clients des boulangeries qui voient qu’il y a de l’attente ne vont pas jusqu’en caisse. Cela représente évidemment une perdition de chiffre d’affaires importante, surtout en ce qui concerne les activités de snacking. « Les gens qui travaillent ou les étudiants n’ont pas le temps de patienter 20 minutes pour un sandwich », analyse le chef d’entreprise. D’où la création de ce service de drive qui permet de réduire à la fois les files d’attente en magasin et la frustration des clients, qui profitent d’un large choix en ligne, et ne doivent pas se contenter seulement de ce qui reste en vitrine au moment de leur passage en caisse. En fait, Rapidle séduit tellement les professionnels du secteur aujourd’hui que la firme espère équiper 300 boutiques d’ici la fin de l’année 2017, contre 72 actuellement.

Indéniablement, le service drive en boulangerie constitue une innovation de taille pour les professionnels comme pour la clientèle de ces commerces, puisqu’elle garantit un gain de temps non négligeable pour un produit final de la même qualité, à condition de bien s’y prendre. Mais certains pourront y voir une petite mort de la boulangerie traditionnelle pour ce qu’elle représente, au-delà de ce qu’elle vend. Car, en récupérant son pain directement depuis la voiture, la clientèle perd quelque peu le rapport humain qui la liait jusque-là plus ou moins fortement à l’enseigne et à ses propriétaires. Cela signifie en effet ne plus sentir la bonne odeur de viennoiseries et de pain chaud qui embaume le magasin et qui donne envie de tout goûter sur place. C’est aussi potentiellement renoncer aux discussions de quartier, que celles-ci se passent directement dans la queue devant la caisse ou avec la femme du boulanger qui gère le comptoir depuis 20 ans tout en étant capable de vous parler aussi bien des derniers potins du coin que des jeux à la mode à travers le monde.

Que l’on soit pour ou que l’on soit contre, c’est un fait, le phénomène du drive est en marche. La dernière boulangerie du genre a ouvert à Lannion fin avril 2017. La boulangerie Gautier, qui possède déjà un commerce en centre-ville, vient en effet d’annoncer l’ouverture d’une seconde boutique près d’un axe routier très fréquenté avec un service drive qui sera proposé à partir du 1er juin 2017. Ce service sera tel que « les gens n’auront pas besoin de descendre de leur voiture », souligne Nathalie Gautier, la gérante, qui assure également que « cette création va permettre d’améliorer [son] offre du centre-ville ». Car au-delà de vendre du pain et des pâtisseries, le couple proposera également de la petite restauration : des sandwichs, des tartines mais aussi des salades et des pizzas. Alors, la boulangerie drive incarne-t-elle l’avenir du marché du pain en venant compléter et non pas remplacer une offre déjà existante ? Plus vraiment de doute possible désormais !

Article invité par Xavier.

Aussi intéressant:

Le pain espagnol si différent du pain français ?

Difficile de goûter au pain espagnol quand on a goûté au pain français. Toutefois, si …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *