Flash Info
Accueil / Boulangerie / Boulanger, une spécialité très recherchée

Boulanger, une spécialité très recherchée

« C’est mon boulot », avec tout l’été des idées de métier pour les jeunes. Certaines professions peinent à attirer les candidats et ne connaissent pas le chômage. C’est le cas de tous les « métiers de bouche », et particulièrement celui de boulanger.

On recherche des jeunes amoureux du pain… et prêts à le fabriquer. Si ça continue, on va manquer de boulanger. En ce moment même, il faut 5.000 boulangers en France et Pôle Emploi dit que la moitié de ces recrutements sont difficiles. D’ici 2022, ça ne va pas s’arranger : 52.000 boulangers vont partir à la retraite, et il y aura 66.000 postes à pourvoir.

Les jeunes se détournent de ce métier. Ils lui préfèrent la pâtisserie. Les conditions de travail se sont améliorées, avec des chambres de fermentation électroniques et des fours à commande automatique, mais la journée d’un artisan boulanger commence quand même à 4 heures du matin. Dans la grande distribution, qui recrute beaucoup, les horaires sont plus légers. Et il y a des possibilités d’évolution vers des postes de chef d’équipe ou de chef de rayon.

Être Français, un atout à l’étranger

Apprendre ce métier, c’est l’assurance d’avoir du travail tout de suite, assure Barbara Muntaner, rédactrice en chef de cidj.com, le site du centre d’information jeunesse : « On devient boulanger en faisant un CAP de boulangerie ou alors un bac pro de boulanger pâtissier, il se passe en trois ans et c’est là que les jeunes choisissent leur dominante, boulangerie ou pâtisserie. »

L’un des grands avantages de ce métier, c’est qu’on peut voyager. Les boulangers français ont la cote partout dans le monde. Côté salaires, un artisan à son compte gagne en moyenne 3.500 à 4.000 euros par mois.

 

Source

Aussi intéressant:

Dissolution du RSI dans six mois

Le RSI (Régime Social des Indépendants) fait depuis de nombreuses années l’objet de critiques de …

2 commentaires

  1. J ai du mal a comprendre ces article je travail dans la restauration depuis 10 ans ,donc les heures de folies pas payées c est une chose que je connais déjà mais je ne trouve pas d employeurs proche de mon domicile alors que je m autorise 50 km autour de mon foyer.Je suis titulaire d un CAP boulanger obtenue par le biais de l’EFBP mais peut etre que mon manque d experience professionnel ainsi que mon age dissuade de potentiel chefs d entreprise .Si le but du jeu est de faire du profit sur de jeune gens qui ne travailleront plus dans 3 ou 4 ans il ne faut pas ce leurrer pourquoi c est un secteur en crise

    • Bonsoir Frédéric,

      Cet article provient de FranceInfo.

      Il est vrai qu’il y a pleins de boulangers sur le marché du travail qui cherchent une place mais peu ont la volonté, le courage ni même la passion du métier.

      Ceci étant dit, il n’est pas facile pour un employeur de savoir si il tombe sur la bonne personne ou pas et dans la plupart des cas va se tourner vers des professionnels avec un certains nombres d’années d’expérience.

      Ajouter à cela tout dépend de la région où l’on se trouve, ici dans le Var il y a beaucoup de place en CDD mais très peu en CDI par exemple.. Sans compter les contrats saisonniers qui se trouvent à la pelle.

      Dans tous les cas ne désespérez pas et si vous avez l’opportunité de changer de région ou même de pays alors tentez votre chance !

      Nous vous remercions pour votre fidélité.

      Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :