Flash Info
Accueil / Boulangerie / 233 ans de pâtisserie partie en fumée !

233 ans de pâtisserie partie en fumée !

Placée en liquidation judiciaire en 2013, la pâtisserie Riederer avait été reprise par la Chocolaterie de Puyricard. Faute de résultats, elle a aussi jeté l’éponge.

C‘est un secteur où il n’est pas facile de faire changer les habitudes. » Le constat émane de Sonia Faucher, la nouvelle directrice générale (depuis la rentrée 2014) de la Chocolaterie de Puyricard. Et pourtant, Tanguy Roelandts, le patron-chocolatier, aura essayé, injectant, en vain, quelque 450 000 € (pour un chiffre d’affaires de 10 millions) dans la nouvelle entité depuis octobre 2013.

À cette date, la vénérable maison des pâtisseries Riederer, famille d’origine suisse qui travaillait le gâteau à Aix depuis 1780 tout de même, avait, une première fois, déposé le bilan. Placé en liquidation, le meilleur ouvrier de France Philippe Segond, héritier Riederer par sa mère, perdait à la fois son équipe et son laboratoire de production à Palette, le droit sur ses recettes et jusqu’au nom commercial Riederer.

Pour environ 120 000 €, Tanguy Roelandts, autre grande famille de la gourmandise aixoise, rachetait le tout via une entité créée pour l’occasion : Les Caprices de Marianne. Le but annoncé haut et fort du chocolatier était alors « de ne pas laisser mourir une entreprise aussi emblématique ».« Il s’agissait à la fois de préserver des emplois et un savoir-faire », précise aujourd’hui Sonia Faucher.

« Les Caprices de Marianne » avait donc conservé le laboratoire de Palette et les dix-huit salariés de la partie production de l’ancienne entité Riederer, Segond gardant la plupart de ses boutiques, mais sous une autre marque. La Chocolaterie de Puyricard, qui vendait dans son propre réseau ce Riederer by Puyricard, espérait ainsi compléter utilement sa gamme, venant ajouter aux chocolats fins et confiseries maison une activité pâtisserie et biscuits à forte renommée locale. « C’est vrai, on avait parié sur cette complémentarité »,confirme Sonia Faucher. Mais la crème pâtissière n’a donc pas pris.

La faute aux solides habitudes citées plus haut mais aussi, assure la chocolaterie, à des bisbilles juridiques entre ancien et nouveau propriétaire de la marque autour de la boutique de Palette, principal lieu de vente de Riederer. « Nous n’avons jamais pu l’exploiter et c’était pourtant une question stratégique », se borne à expliquer Sonia Faucher.

En redressement judiciaire depuis le 5 février dernier, la société Les Caprices de Marianne a été placée en liquidation mercredi. Les salariés ont été reclassés au sein de la Chocolaterie de Puyricard. Selon Sonia Faucher, le tribunal de commerce étudierait désormais« un ou deux dossiers de reprise ».

 

Source: La Provence

Aussi intéressant:

Dissolution du RSI dans six mois

Le RSI (Régime Social des Indépendants) fait depuis de nombreuses années l’objet de critiques de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :