Accueil / Boulangerie / Chute inquiétante des apprentis en Aveyron
Cécile Lisbonis

Chute inquiétante des apprentis en Aveyron

Alors que rien n’est simple en ce début 2015 pour l’artisanat, la présidente de la chambre de métiers, prône la vitalité et l’optimisme.

Une méthode Coué pour faire marcher les entreprises afin qu’elles continuent à créer et à se projeter dans le futur. Le but de l’organisme consulaire est d’être «un facilitateur afin que les gens puissent passer le cap. On est là pour toutes les entreprises», insiste Christine Sahuet. Concrètement, la chambre de métiers a négocié des prêts bonifiés avec les banques pour les entreprises qui ont des difficultés conjoncturelles de trésorerie. «Les intérêts sont payés par la chambre consulaire», précise la présidente. D’autre part, les banques et le conseil général consentent des avances remboursables pour des projets bien précis.

La chambre de métiers dispense également des conseils et des formations mais aussi des mesures d’accompagnement au niveau des ressources humaines «car ce n’est pas simple de gérer des personnes.» Concernant les inondations à Saint-Affrique, l’organisme consulaire a recensé 34 entreprises qui bénéficieront du fond spécial APCMA (soit 1 500 € maximum chacun). La chambre de métiers met aussi en place des réunions sur la rénovation, afin d’allier tradition et modernité, sur l’export, «car certains font 70 % de leur chiffre d’affaires à l’étranger», sur l’e-commerce et sur les groupements. Dans l’avenir plus de 20 % d’entreprises seront à reprendre, «il faut donc les aider», tel est le credo de Christine Sahuet, qui rappelle entourée de ses vices présidents, Jacky Brossy et Pierre Boscus, que 20 % de la population aveyronnaise sont des artisans et que notre département compte 14 000 salariés dans 6 465 entreprises artisanales. «L’objectif est de les garder sur notre territoire».

La chambre de métiers a dû faire beaucoup d’économies sur le fonctionnement mais l’année 2015 s’annonce très difficile avec encore des économies drastiques mais raisonnées. «Moins de moyens rend créatif», confie Christine Sahuet qui se félicite de n’avoir licencié aucune personne tout en améliorant la qualité du CFA. Néanmoins le principal souci de la présidente concerne la baisse des élèves qui est de 8,7 % (-11 % au niveau national) car le secteur du bâtiment souffre et ne prend plus beaucoup d’apprentis. Les secteurs de la coiffure et de l’automobile sont aussi touchés. Quand on sait que 80 % des jeunes en apprentissage trouvent un emploi à la sortie, Christine Sahuet espère dans une meilleure rentrée 2015.


Au revoir F. Gayraud

La chambre de métiers dit au revoir à son professeur de pâtisserie depuis 32 ans, Francis Gayraud. Entrée en apprentissage à 15 ans et demi, il deviendra enseignant en 1982 et connaîtra 5 directeurs et 4 présidents. Francis Gayraud a formé 1170 apprentis (parmi eux le célèbre Cyril Lignac) dont une centaine d’entre eux sont devenus des chefs d’entreprise qui, à leur tour, forment des apprentis. «Le contact humain avec les jeunes m’a aidé à rester jeune».

 

Source: Ladepeche.fr

Aussi intéressant:

Dissolution du RSI dans six mois

Le RSI (Régime Social des Indépendants) fait depuis de nombreuses années l’objet de critiques de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :